Sélectionner une page

Ce jeudi 28 janvier avec Maryse Combres, conseillère régionale déléguée sortante, mon binôme aux élections régionales, j’ai présenté mes vœux à la presse. Nous étions réunis au local de campagne, au centre de Bordeaux. 

C’était l’occasion pour moi de rappeler l’importance de la liberté de la presse, sans négliger les différentes difficultés et menaces qui pèsent sur le métier de journaliste aujourd’hui. Elles concernent tous types de médias, au niveau régional comme national, accentuées par la pandémie de Covid. Ces tensions rendent l’exercice du métier plus compliqué, hors il ne faut jamais oublier le rôle essentiel d’une presse libre et indépendante pour la santé de nos démocraties.

Nous avons également présenté notre signature de campagne et rappelé à quel point nous sommes en ordre de marche pour ces élections à venir : une présidence écologiste de la Région Nouvelle-Aquitaine est non seulement nécessaire mais aujourd’hui possible.

Le prochain mandat doit être un mandat de résistance et de réinvention : résistance face aux dégâts du libéralisme, réinvention pour tourner le dos aux modèles productivistes basés sur l’idée fausse qu’en produisant toujours plus on vivra toujours mieux. 

« L’écologie, matrice du changement à accomplir »

Maryse, qui m’épaule depuis le début, a bien posé les ambitions de cette campagne :

« Nous sommes déterminés à faire de la Nouvelle-Aquitaine la plus grande région écologiste d’Europe. Nous avons de l’expérience et nous savons de quoi nous parlons, nous défendons nos positions. Désormais, l’écologie ne peut plus être le supplément d’âme, le petit truc en plus auquel on pense quand on ne sait plus comment attirer les votes. Pour nous, l’écologie est la matrice du changement à accomplir. »

Cette rencontre médiatique m’a aussi permis de présenter nos outils innovants de campagne. Parmi eux, il y a le site Paroles de Nouvelle-Aquitaine. Il ne s’agit pas d’un simple site de campagne : c’est un recueil de témoignages d’habitants des 12 départements de la Région. Des centaines de personnes – on en retrouve 120 environ sur le site – ont donné leur avis, fait part de leurs doutes et de leurs attentes. Un travail réalisé en équipe et grâce aux militants des quatre coins de la région. Un grand merci à eux en passant.

Nous devons faire différemment

Marie-Noéline Viguié, en charge de cette démarche « Paroles de Nouvelle-Aquitaine » au sein de l’équipe de campagne, a détaillé ce long travail démocratique entamé à l’automne 2020 :

« Nous nous sommes appuyés sur l’engagement formidable des militants avec deux consignes claires : prendre le temps et aller chercher ceux qui ne sont pas encore convaincus, voire si possible ceux qui sont en profond désaccord. A la lecture de tout cela, deux choses émergent :  d’abord, l’attachement à la région, sa géographie, sa diversité, sa beauté. Ensuite, le désir de vivre. Tout le monde veut préserver la qualité de vie offerte par ces différents terroirs. On veut une vie douce, où l’on se sent entouré, solidaire, en sécurité. Une vie que l’on peut maîtriser. » 

Ce travail est très important à mes yeux parce que je ne pense pas que les responsables politiques puissent prétendre avoir seuls toutes les solutions. Ma génération est modeste : nous savons que nous devons faire différemment de ce qu’ont fait nos prédécesseurs qui décidaient seuls de tout, en croyant bien faire. On voit bien où cela nous a menés. Il est temps de procéder autrement.

Je vous partage mon discours par ici (PDF)